Mon compte Je m'abonne

Des réponses immédiates à vos questions

Accès et téléchargement réservés aux abonnés

Abonnez-vous

33 fiches pour la catégorie : Comptabilité

>Comment mettre en place une stratégie de recouvrement
Comment mettre en place une stratégie de recouvrement
©

Comment mettre en place une stratégie de recouvrement

Dans un contexte économique tendu, mettre en place une stratégie de recouvrement pour réduire les délais de paiement est plus que jamais essentiel pour sécuriser la trésorerie de l'entreprise.

>Comment mettre en place le recouvrement judiciaire
Comment mettre en place le recouvrement judiciaire
©

Comment mettre en place le recouvrement judiciaire

Dans le cadre d'une stratégie de recouvrement efficace, le recouvrement judiciaire s'impose comme l'une des alternatives. Conditions, procédure à suivre : le point sur les options dont dispose le chef d'entreprise pour faire reconnaître et exécuter sa créance en justice.

>Comment mettre en place le recouvrement amiable
Comment mettre en place le recouvrement amiable
©

Comment mettre en place le recouvrement amiable

Le recouvrement des créances impayées est un enjeu essentiel non seulement pour préserver la trésorerie de l'entreprise, mais également sa pérennité. Et dans ce cadre, le recouvrement amiable devra toujours être privilégié.

>Comment mettre en place l'affacturage
Comment mettre en place l'affacturage
©

Comment mettre en place l'affacturage

La mobilisation de créances, à travers des procédés de recouvrement comme l'affacturage, permettra à l'entreprise de dégager de la trésorerie dès l'émission de factures. Il s'agit d'un dispositif important dans la mise en place d'une stratégie de recouvrement.

>Comment mettre en place le pré-recouvrement
Comment mettre en place le pré-recouvrement
©

Comment mettre en place le pré-recouvrement

Une stratégie de recouvrement efficace exige une gestion optimisée du poste clients. Le pré-recouvrement doit en effet faciliter le processus de recouvrement.

>Comment dématérialiser son processus de facturation
Comment dématérialiser son processus de facturation
©

Comment dématérialiser son processus de facturation

Réduire les coûts ou fluidifier les process sont de bonnes motivations pour dématérialiser la facturation en entreprise. Le passage aux factures électroniques est un projet d'ensemble obligeant l'entreprise à s'intéresser aux technologies existantes et aux questions de sécurité.

>E-facture et signature électronique
E-facture et signature électronique
©

E-facture et signature électronique

Depuis 2013, la loi française s'est assouplie : pour être valides fiscalement, les e-factures au format PDF ne sont plus obligatoirement accompagnées d'une signature électronique. Pourtant, le certificat électronique garde la cote : c'est un système fiable qui sécurise la comptabilité des entreprises qui ont fait le choix de dématérialiser.

>Choisir entre formats PDF et EDI pour ses e-factures
Choisir entre formats PDF et EDI pour ses e-factures
©

Choisir entre formats PDF et EDI pour ses e-factures

Lorsqu'on aborde la question de l'émission de factures électroniques, on oppose souvent deux méthodes : PDF et EDI. La première consiste à émettre une facture simple, en PDF, la seconde est une norme d'échange de document sécurisé et traçable. En fait, les e-factures EDI et PDF sont complémentaires, et chacune peut aider à dématérialiser le processus de facturation de l'entreprise.

>Comprendre les technologies de dématérialisation des factures
Comprendre les technologies de dématérialisation des factures
©

Comprendre les technologies de dématérialisation des factures

Lorsque l'entreprise est décidée à franchir le pas et à opter pour la dématérialisation de ses factures, elle doit d'abord se familiariser avec les sigles qui se réfèrent aux différentes technologies en vigueur : LAD, GED, OCR, ICR, IWR. La gestion électronique des documents nécessite de faire appel à des normes adoptées par les professionnels du secteur.

>Comprendre son bilan comptable
Comprendre son bilan comptable
©

Comprendre son bilan comptable

Lire, comprendre et analyser son bilan comptable requiert la maîtrise de certaines notions de comptabilité. L'interprétation d'un bilan comptable passe d'abord par la distinction de l'actif et du passif, catégories au sein desquelles plusieurs sous-divisions viennent apporter des informations essentielles sur la solvabilité et l'évolution de l'entreprise.

>Comment comptabiliser les produits constatés d'avance
Comment comptabiliser les produits constatés d'avance
©

Comment comptabiliser les produits constatés d'avance

Dans le compte de résultat, seuls les produits qui concernent l'année du bilan comptable doivent être inscrits. C'est pourquoi, il est parfois nécessaire d'intégrer des produits constatés d'avance (PCA), c'est-à-dire des produits comptabilisés avant la réalisation de la prestation ou la livraison de fourniture correspondante.

>Comment analyser ses dettes
Comment analyser ses dettes
©

Comment analyser ses dettes

Les dettes figurent au passif du bilan comptable avec les capitaux propres et les provisions pour risques et charges. Composées entre autres des dettes envers les fournisseurs, des dettes fiscales et sociales et des crédits engagés, les dettes doivent être bien analysées, car elles devront être remboursées sur les exercices postérieurs.

>Comment passer ses provisions pour risques et charges
Comment passer ses provisions pour risques et charges
©

Comment passer ses provisions pour risques et charges

Les provisions pour risques et charges font partie du passif du bilan comptable. Elles permettent d'inscrire, à la clôture de l'exercice, des dépenses que l'entreprise risque d'avoir à s'acquitter, mais dont la somme et/ou la date ne sont pas clairement définies.

>Comment interpréter ses capitaux propres
Comment interpréter ses capitaux propres
©

Comment interpréter ses capitaux propres

Egalement appelés fonds propres, les capitaux propres sont un indicateur essentiel de la solidité financière d'une entreprise. Ils représentent ce que l'entreprise possède à l'exception des dettes.

>Comment gérer sa trésorerie
Comment gérer sa trésorerie
©

Comment gérer sa trésorerie

La trésorerie est souvent considérée, à tort, comme l'ensemble de l'argent disponible, qu'il soit placé en caisse ou sur des comptes bancaires. Il faut aussi prendre en compte le besoin en fonds de roulement. La bonne santé de l'entreprise dépend de la gestion de la trésorerie.

>Comment maîtriser son actif circulant
Comment maîtriser son actif circulant
©

Comment maîtriser son actif circulant

L'actif circulant se définit comme les divers éléments positifs de l'entreprise qui ne sont pas durablement utiles à la société.

>Comment maîtriser son actif immobilisé
Comment maîtriser son actif immobilisé
©

Comment maîtriser son actif immobilisé

L'actif immobilisé s'oppose, dans un bilan comptable, à l'actif circulant. Il est donc important de bien les distinguer pour comprendre son bilan comptable. L'actif immobilisé représente les immobilisations d'une entreprise, c'est-à-dire tout ce qui est pérenne au sein d'un établissement.

>Comprendre les frais professionnels
Comprendre les frais professionnels
©

Comprendre les frais professionnels

Les frais professionnels regroupent toutes les dépenses engagées par un salarié nécessaires à la réussite de sa mission. Ils sont donc indissociables d'une activité professionnelle. Ces sommes avancées par l'employé sont évidemment imputables à l'entreprise et lui sont remboursées sous conditions et sous différentes formes. L'employeur lui, profite d'une exonération des cotisations sociales sur le remboursement des frais professionnels de ses salariés.

>Comprendre les frais de représentation
Comprendre les frais de représentation
©

Comprendre les frais de représentation

Comme tous frais professionnels, les frais de représentation sont déductibles des cotisations sociales de l'employeur. Ils ont trait aux dépenses engagées par un salarié lors de fréquentes rencontres avec les fournisseurs et/ou la clientèle. Un plus très apprécié par certains employés, puisque non imposables.

>Comprendre les frais de mobilité professionnelle
Comprendre les frais de mobilité professionnelle
©

Comprendre les frais de mobilité professionnelle

On entend par mobilité professionnelle un changement de domicile du salarié induit par la prise d'un nouveau poste sur un autre lieu de travail. Elle peut découler d'une mutation ou d'un changement temporaire de lieu de travail imposé au salarié ou demandé par ce dernier. Les circonstances de ce changement sont soit d'ordre professionnel soit d'ordre familial, mais en aucun cas le fruit d'une simple convenance personnelle. Les frais de mobilité professionnelle peuvent donner droit à une exonération, sous conditions, pour l'employeur.

>Comprendre les frais de transport domicile-travail
Comprendre les frais de transport domicile-travail
©

Comprendre les frais de transport domicile-travail

Les frais de transport domicile-travail avancés par le salarié lui sont remboursés par son employeur de façon obligatoire ou facultative en fonction des cas et notamment : déplacement du salarié en transports en commun ou avec son véhicule personnel. A hauteur de la prise en charge, un employeur pourra bénéficier d'une exonération des charges sociales sous conditions.

>Comprendre les frais de grand déplacement
Comprendre les frais de grand déplacement
©

Comprendre les frais de grand déplacement

Les frais de grand déplacement couvrent les dépenses de nourriture et de logement appelées par le déplacement professionnel d'un salarié. En fonction de sa destination (France, Outre-Mer ou étranger), les conditions de l'indemnité de grand déplacement sont variables. Pour l'employeur, le remboursement de ces frais n'est pas sujet à cotisations sociales.

>Comprendre les frais de nourriture
Comprendre les frais de nourriture
©

Comprendre les frais de nourriture

Il n'est pas rare pour un salarié de devoir prendre son repas à l'extérieur de son domicile ou de son entreprise. Horaires de travail atypiques, éloignement lieu de travail-domicile, absence de cantine ou de lieu pour déjeuner... Il peut alors bénéficier d'un remboursement de ses frais de nourriture, aussi appelés frais de repas. Il s'agit de frais professionnels engendrés par le salarié pour des raisons étroitement liées à sa profession. Sous couvert de plafonds, l'employeur peut déduire certains montants de ses cotisations.

>Comprendre les charges patronales
Comprendre les charges patronales
©

Comprendre les charges patronales

Sous le terme de charges patronales, on retrouve l'ensemble des cotisations sociales à la charge d'un chef d'entreprise. Elles sont variables en fonction des salaires versés par l'entreprise et de ses effectifs, mais sont obligatoires quel que soit le secteur d'activité.

>Charges patronales et formation professionnelle
Charges patronales et formation professionnelle
©

Charges patronales et formation professionnelle

Vectrice de compétitivité et d'employabilité, la formation professionnelle fait l'objet d'une contribution particulière des chefs d'entreprise. Comprise dans les charges patronales, elle est versée chaque année et calculée en fonction du montant des rémunérations brutes globales et des effectifs de l'entreprise.

>Charges patronales et retraite complémentaire
Charges patronales et retraite complémentaire
©

Charges patronales et retraite complémentaire

En France, toutes les professions dans tous les secteurs d'activité profitent d'un régime de retraite complémentaire. Ce dernier permet, avec la retraite de la Sécurité sociale, de bénéficier d'une retraite globale quand vient l'heure pour un salarié de quitter le monde professionnel. Si la retraite de base est calculée en fonction des trimestres travaillés, la retraite complémentaire fonctionne par points. Chaque mois, les salariés voient donc des cotisations prélevées sur leur salaire pour payer leur retraite complémentaire. Une grande partie de son financement est également assurée par les employeurs et est donc incluse dans leurs charges patronales.

>Charges patronales et assurance chômage
Charges patronales et assurance chômage
©

Charges patronales et assurance chômage

Pour assurer la rémunération des salariés en cas de perte d'emploi, chefs d'entreprise et employés cotisent chaque mois pour l'assurance chômage. Son financement est en majorité assumé par l'employeur, qui l'inclut dans le paiement de ses charges patronales. Le taux de l'assurance chômage est fixé par la convention d'assurance chômage. Ces cotisations assurance chômage apparaissent aujourd'hui sur la même déclaration que les cotisations URSSAF.

>Charges patronales et Sécurité sociale
Charges patronales et Sécurité sociale
©

Charges patronales et Sécurité sociale

Dans les charges patronales sont incluses les cotisations sociales à destination de la Sécurité sociale. Collectées par l'URSSAF, elles couvrent les différents désagréments et évènements qui peuvent survenir au cours de la vie d'un salarié.

>Comment amortir ses investissements
Comment amortir ses investissements
©

Comment amortir ses investissements

La politique d'amortissements menée par une entreprise constitue un véritable enjeu stratégique pour son avenir et son développement. En matière de comptabilité, les décisions prises par le chef d'entreprise auront des conséquences sur le résultat de sa société ainsi que sur la fiscalité à laquelle elle sera assujettie. Pour optimiser leur résultat comptable et diminuer leur bénéfice imposable, les entreprises disposent de marges de manoeuvre légales principalement basées sur des plans d'amortissements éclairés.

>Comment réduire le bénéfice imposable
Comment réduire le bénéfice imposable
©

Comment réduire le bénéfice imposable

Selon la réglementation fiscale en vigueur, le bénéfice imposable d'une entreprise correspond au bénéfice net réalisé au cours de l'année civile d'imposition et à partir duquel est calculé l'impôt sur les sociétés (IS). Afin de minorer le montant de leur imposition, les entreprises assujetties peuvent réduire leur bénéfice imposable de différentes manières.

>Comment amortir ses investissements en charges
Comment amortir ses investissements en charges
©

Comment amortir ses investissements en charges

Faire la différence entre les investissements susceptibles d'être comptabilisés en charges ou en immobilisations constitue une problématique importante pour les entreprises. En effet, le choix réalisé par le chef d'entreprise aura nécessairement des répercussions sur la fiscalité de sa société.

>Comment amortir ses investissements en immobilisations
Comment amortir ses investissements en immobilisations
©

Comment amortir ses investissements en immobilisations

Pour vivre et se développer, une entreprise est contrainte d'investir. Qu'il s'agisse de terrains, de machines, d'ordinateurs ou d'équipements de toute nature, ces investissements sont appelés des immobilisations. Ces biens sont dotés d'une valeur dont la durée et l'usure sont évaluées sur plusieurs années. On parle alors d'un plan d'amortissement qui permet de déduire les amortissements de la valeur brute des immobilisations pour correspondre à la valeur nette comptable.

>Comment déterminer l'usure des actifs
Comment déterminer l'usure des actifs
©

Comment déterminer l'usure des actifs

Au sein d'une entreprise, l'amortissement représente la traduction comptable de la dépréciation d'un actif au cours du temps. Enregistrée au débit d'un compte de charges, cette perte de valeur s'explique de différentes manières. Outre l'obsolescence de l'actif et l'évolution du cadre réglementaire, l'usure physique constitue l'une des principales raisons de la dévaluation d'un actif.