Mon compte Je m'abonne

Comment déterminer l'usure des actifs

Au sein d'une entreprise, l'amortissement représente la traduction comptable de la dépréciation d'un actif au cours du temps. Enregistrée au débit d'un compte de charges, cette perte de valeur s'explique de différentes manières. Outre l'obsolescence de l'actif et l'évolution du cadre réglementaire, l'usure physique constitue l'une des principales raisons de la dévaluation d'un actif.

  • Imprimer

Crée le 30 avr. 2015

L'usure d'un actif dépend de sa durée d'utilisation.
© uwimages
L'usure d'un actif dépend de sa durée d'utilisation.

1. Amortissement : qu'est-ce que l'usure des actifs ?

En comptabilité des entreprises, l'amortissement des immobilisations se définit comme la représentation de la perte de valeur des éléments de l'actif immobilisé. Cette perte de valeur est en partie occasionnée par une usure physique liée à l'utilisation, par exemple, d'une machine, d'un véhicule ou d'un outil. Certaines immobilisations ne sont pas dépréciables au fil du temps et, à ce titre, ne sont pas amortissables. C'est le cas notamment des fonds de commerce ou des droits au bail.

2. Amortissement : pourquoi y recourir ?

L'évaluation de l'amortissement des immobilisations permet à une entreprise de mesurer l'usure de ses actifs et de reporter cette perte annuelle de valeur dans les charges relatives à son activité. Pendant la durée de l'amortissement d'un actif, l'entreprise ne subit aucune sortie de trésorerie, ce qui permet au dirigeant de concentrer ses ressources sur l'amortissement d'un nouvel actif. En d'autres termes, l'amortissement favorise l'investissement. Mais il faut savoir que seuls les actifs immobilisés utilisés durablement par l'entreprise peuvent être amortis. Il s'agit des actifs qui conserveront une valeur au-delà d'une année.

3. Amortissement des biens non décomposables

Comptablement, les entreprises sont tenues d'indiquer la durée pendant laquelle elles comptent pouvoir utiliser leurs actifs. On parle de durée d'amortissement. Pour l'évaluer, le chef d'entreprise doit notamment tenir compte de l'usure physique des actifs. Pour leur faciliter la tâche, l'administration fiscale propose, à titre indicatif, des durées d'amortissements utilisables :

  • bâtiments commerciaux (20 à 50 ans) ;
  • matériel (6 à 10 ans) ;
  • outillage (5 à 10 ans) ;
  • automobiles et matériel roulant (4 à 5 ans) ;
  • mobilier (10 ans) ;
  • matériel de bureau (5 à 10 ans) ;
  • ordinateurs (3 ans) ;
  • brevets, certificats d'obtention végétale (5 ans).

4. Amortissement linéaire ou dégressif ?

En matière fiscale, une entreprise doit amortir ses immobilisations selon l'une des deux méthodes suivantes :

  • l'amortissement linéaire, applicable à tous les biens amortissables. Il est obligatoire pour les biens non admis au bénéfice de l'amortissement dégressif, les biens d'occasion ainsi que pour les biens dont la durée d'utilisation normale est inférieure à trois ans. Ce mode d'amortissement définit une annuité constante et régulière d'amortissement, pendant la période d'utilisation de l'actif.
  • l'amortissement dégressif, applicable aux biens neufs ayant une durée d'utilisation de trois ans minimum ainsi qu'aux biens entrant dans l'une des catégories par le Code général des impôts. Cette méthode permet d'adopter des annuités d'amortissement plus élevées les premières années d'amortissement. Pour cela, on multiplie le taux de l'amortissement linéaire par un coefficient variable, en fonction de la durée normale d'utilisation du bien.