Mon compte Je m'abonne

Comment compléter la retraite des salariés

Pour compléter la retraite des salariés gérée par le régime général de la Sécurité sociale, les entreprises proposent deux formes d'assurance professionnelle : les contrats collectifs complémentaires et les plans d'épargne supplémentaire.

  • Imprimer

Crée le 27 mai 2015

La retraite complémentaire permet au salarié de limiter la perte de revenus.
© vege
La retraite complémentaire permet au salarié de limiter la perte de revenus.

1. L'assurance retraite obligatoire et facultative

Afin de pallier la faiblesse des revenus de remplacement provenant des régimes de base de l'assurance retraite, les pouvoirs publics imposent aux entreprises de mettre en place des contrats collectifs de retraite complémentaire ouverts à tous les salariés.

Un chef d'entreprise peut également proposer de sa propre initiative des solutions adaptées à ses collaborateurs sous la forme de plans d'épargne au travers desquels les versements et abondements sont investis dans :

2. Les contrats collectifs complémentaires

Les régimes de retraite complémentaire sont obligatoires, et sont administrés de manière paritaire par les représentants des entreprises et des salariés :

  • l'ARRCO assure l'ensemble des salariés du secteur privé, quelle que soit la durée du contrat de travail ;
  • l'AGIRC s'adresse uniquement aux salariés cadres du secteur privé.

Les cotisations sont prélevées tous les mois sur les salaires, et sont converties en points servant ultérieurement au calcul de la pension complémentaire.

3. Les plans d'épargne supplémentaires

Les entreprises peuvent proposer des plans d'épargne collectifs, et notamment :

  • le Plan d'épargne entreprise (PEE) qui permet aux salariés d'accroître leurs revenus au bout de seulement 5 années de versements ;
  • le Plan d'épargne pour la retraite collectif (PERCO) qui permet aux salariés de se constituer une épargne retraite versée sous forme de rente viagère après le départ. Un PERCO ne peut être créé que si l'entreprise propose déjà un PEE aux salariés.

Ces deux plans sont financés à la fois par les versements du salarié (au maximum 25 % de son salaire annuel brut) et par les abondements de l'entreprise (au maximum 3 fois les versements du salarié dans la limite de 3 043 € pour le PEE et 6 086 € pour le PERCO).

4. Les indemnités de fin de carrière

Les entreprises sont légalement tenues de verser des indemnités de fin de carrière (IFC) aux salariés lors du départ en retraite. Elles peuvent gérer ces IFC en interne ou les externaliser en souscrivant un contrat d'assurance. Le cas échéant, les cotisations (uniquement versées par la société) alimentent un fonds collectif et sont investies dans :

  • des SICAV ;
  • des fonds en euros ;
  • des fonds communs de placement.

L'épargne disponible est ensuite distribuée aux salariés au moment du départ en retraite sous forme de capital.